Le hameau des Salelles

Au sud du bourg, le hameau des Salèlles peut être considéré comme un joyau de l’architecture de cette région calcaire.
 
Ici toutes les maisons se rattachent à la même structure, et la pierre utilisée provient presque exclusivement des carrières.
Vous y découvrirez des passerelles reliant les maisons entre elles, des passage voûtés et des couradous typiques de l'Ardèche méridionale (terrasses couvertes où l'on profite de la fraîcheur en été)..
 
Sur les linteaux des maisons se lisent des dates allant de 1810 à 1830, correspondant à l’époque faste de l’élevage des vers à soie.
 
Autour du hameau, partout, les cultures en terrasses - en certains lieux de pentes, les murs de pierre sèche forment de véritables amphithéâtres aux gradins reliés par des réseaux d’escaliers – permettaient de cultiver toutes les surfaces pour faire vivre une population importante.
 
Certainement de bonne façon, puisque, déjà en 1464, la paroisse est considérée comme prospère, rapportant à l’impôt royal, la taille, un revenu moyen des patrimoines de 76 livres tournois alors que la moyenne régionale n’est que de 57 livres.
 
Le four à pain, à la disposition de tous, intact et opérationnel cuit désormais le pain une fois l’an, fin Juin, pour le plus grand plaisir convivial des villageois, touristes et visiteurs.
 
Au XXème siècle à l’exception d’une famille, si le bourg était entièrement catholique, au hameau des Salèlles –plus proche de Vallon– la moitié de la population était protestante.
De hauts cyprès signalent, un peu à l’écart des habitations, l’un des petits cimetières protestants familiaux.
La petite chapelle en face d’une belle maison avec terrasse en arcades, selon la tradition orale, aurait été construite à l’occasion d’un mariage; la mariée de la religion dite réformée, s’étant convertie à la religion catholique.